Superstars International Series 2012 - Vallelunga

Giancarlo Fisichella

ROUND 7, Vallelunga: Quel accident à Vallelunga!

Septième manche des International Superstars Series, très difficile pour le Swiss Team à bord des Maserati Quattroporte Evo. Malgré ses deux bolides ultra compétitifs, l'équipe suisse a récolté moins que prévu, voire moins que ce qu’elle méritait, à Vallelunga. Pourtant, le team avait misé, cette fois encore, sur un ex de la F1, Giancarlo Fisichella, aux côtés du pilote fixe de la saison, Mauro Cesari, qui en est encore à ses débuts.

Sur le circuit italien et devant son public, Fisichella aurait pu obtenir plus, si ce n'est que le pilote a payé cher quelques inconvénients et que, dans la course 2, il a livré un dur combat corps-à-corps avec un adversaire qui a ruiné toutes ses possibilités d'un bon résultat. Outre les gros dégâts occasionnés à la voiture, cet épisode lui a, en effet, coûté une pénalité de 25'' en fin de course. De ce fait, le pilote de Rome n'a obtenu que la huitième place et la onzième place.

Il est vrai que Fisichella, qui est avant tout le pilote Ferrari dans le Championnat du monde d'endurance FIA, venait de rentrer des 6 Heures de Bahreïn où, avec les autres pilotes de l'équipe, il a garanti le titre Constructeurs à la société de Maranello. Le pilote est arrivé à Vallelunga sans aucune expérience des International Superstars Series et sans avoir pu faire un essai de préparation au volant de la Quattroporte Evo. Sa participation au championnat du FG Group est occasionnelle. Elle s'inscrit dans le programme du Swiss Team qui, pour capter plus d’attention, a voulu faire appel, chaque fois, à un ancien de la F1 - au détriment du classement - après son titre Pilotes en 2011 avec Andrea Bertolini.

Malgré son expérience très limitée dans le monde des compétitions, Cesari a lutté bec et ongles dans les deux courses, et, alternant quelques superbes duels avec quelques erreurs, il a réussi à conserver un bon rythme et à réaliser d’assez bons temps. Il a décroché la dixième place et la douzième, faisant ainsi preuve d'une nette amélioration.


COURSE 1: Fisichella remonte en huitième position et décroche la pole pour la course 2

Avec leur traction intégrale, les Audi RS5 ont encore pulvérisé leurs adversaires : Kristoffersson et Schoffler se sont aussitôt placés, dans l'ordre, aux deux premières positions jusqu'à la fin. Parti 10e et d’abord ralenti par un accident juste devant lui, puis par un morceau de carrosserie d'un rival encastré sous sa Quattroporte Evo, Fisichella est remonté en 8e position - qui lui a valu la pole de la course 2, et Cesari est passé de la 13e à la 10e place.

Mauro Cesari

Giancarlo Fisichella

COURSE 2: Fisichella perd le corps-à-corps avec Zurcher et écope d'une pénalité

Rien ne va plus pour Fisichella. En pole - en raison du principe de l'inversion de l'ordre pour les huit premiers de la course 1, l'ex de la F1 a d'abord été accroché par Liuzzi, puis par Zurcher qui s'est « appuyé » sur son aile pour le doubler. Alors qu'il essayait de dépasser le Colombien, Fisichella a fini par le tamponner, abîmant sa voiture et terminant 8e, avec, en plus, une pénalité de 25''. Après quelques erreurs, Cesari est remonté de la 15e à la 12e position.