Superstars International Series 2012 - Monza

ROUND 1, MONZA: Plus de spectacle avec Maserati

Les International Superstars Series ouvrent les hostilités à Monza avec le retour de Maserati. Après le titre remporté en 2011 avec la Quattroporte Evo du Swiss Team pilotée par le pilote officiel Andrea Bertolini, le Trident participe, cette année encore, au prestigieux championnat de FG Sport.

Le Trident a été motivé par le très haut niveau de la compétition qui accueille d'autres grandes marques : Audi, BMW, Chevrolet, Jaguar et Mercedes. Cette année, néanmoins, le Trident joue la présence indirecte.

En effet, Maserati a passé le relais à l'équipe suisse, dirigée par Guido Bonfiglio, sous l'égide technique de l'ingénieur Giuseppe Angiulli. Le Team s'est encore donné à fond dans les Superstars, avec deux Quattroporte Evo, mais cette fois, avec un objectif d'image, afin de capter davantage l'attention et d’offrir encore plus de spectacle.

Aussi la voiture numéro 1 est-elle confiée, à chaque fois, à un ex-pilote de F1 différent. À Monza, le choix s’est porté sur Mika Salo, qui a participé à quelque 111 GP pour diverses écuries, dans l'ordre : Lotus, Tyrrell, Arrows, Ferrari, Sauber et Toyota.

Pour toute la durée de la saison, la voiture numéro 2 a été remise entre les mains de Mauro Cesari : un gentleman-driver en évolution constante, vétéran des Superstars, champion d'Italie 2009 et troisième au classement de l'International dans la catégorie des pilotes au volant de véhicules de plus de 4 ans.

La saison a démarré sur les chapeaux de roue à Monza. Même s'il n'avait encore jamais conduit la Quattroporte Evo, Salo a appris à la « connaître » très vite, le temps des essais libres. Le pilote est parti sur la seconde ligne de la grille en course 1, avec le quatrième meilleur temps, puis s'est classé sixième. En course 2, un bras de suspension cassé lui a coûté le podium. Cesari a eu le même problème en course 1. Ces inconvénients sont dus au passage du véhicule sur les lignes de bordure, plus hautes par rapport à la saison précédente.

 


COURSE 1: Salo, neutralisé, voit le podium lui échapper et se classe sixième

Salo est tout de suite passé à l'attaque de Biagi, troisième derrière Pigoli et Larini. Alors qu'il était dans l'aspiration de Larini et qu'il avait un avantage de 7'' sur le quatrième, une neutralisation a reformé le groupe. Une fois la course repartie, Salo a dû céder à Liuzzi, sur une Mercedes plus puissante et de plus grosse cylindrée. Repassé à l'attaque, une erreur l'a fait reculer en 6e position. La course a été remportée par Pigoli. Des problèmes techniques ont forcé Cesari à l'abandon.


 


COURSE 2: Un problème de suspension bloque Salo pendant sa remontée sur le leader Liuzzi

Salo s'est placé tout de suite deuxième, à 2''7 du leader, Liuzzi. Le Finlandais a ensuite commencé à se rapprocher de plus en plus, enregistrant par ailleurs le second meilleur tour en course, mais au 9e tour, alors qu'il se trouvait dans l'aspiration du pilote Mercedes et qu'il se préparait à l'attaque, un bras de suspension l'a trahi, laissant Liuzzi partir seul à la conquête du podium. Cesari s'est lui classé 10e, à cause des problèmes au niveau de l'assiette.