Trofeo World Series 2012 - Imola

ROUND 3, IMOLA: Kuppens domine le Trofeo

Renaud Kuppens a récolté le plus gros butin lors du troisième round du Maserati Trofeo World Series, à Imola qui, comme l'épreuve précédente à Portimao, adoptait la formule d'endurance, soit deux courses de 30' plus un tour et une course de 50' plus un tour. Après son triomphe dans l'épreuve d'endurance, la plus difficile, disputée sur le circuit espagnol, le Belge a encore fait preuve de la plus grande « régularité » sur le circuit romagnol. Après les problèmes rencontrés par quelques-uns de ses adversaires directs, il s'est emparé de la tête du classement, avec 20 points d'avance sur Giorgio Sernagiotto/Giuseppe Fascicolo et 21 points sur Alan Simoni/Riccardo Ragazzi.

Kuppens a d'abord obtenu deux troisièmes places, puis a terminé le week-end en beauté en s'imposant encore une fois dans l'épreuve d'endurance. Les sprints ont été gagnés respectivement par Luca Lorenzini, pilote « guest », et par Ragazzi.

Dès les essais, Kuppens s'est classé parmi les meilleurs, avec Simoni-Ragazzi. Ce dernier a conquis la pole dans la deuxième séance de qualifications. Cédric Sbirrazzuoli s'était imposé à la première séance, et Simoni avait signé le troisième meilleur temps.

Cependant, Simoni s'est ensuite laissé entraîner par la fougue. Pendant la course 1, après une offensive ratée sur Kuppens, il est parti en tête-à-queue et a heurté violemment les barrières de sécurité. Un autre accident l'a fait terminer dans les graviers pendant la course 3. Ragazzi écopait aussi d'un Stop&Go après un accrochage avec Sernagiotto.

Sbirrazzuoli, en duo avec Alessandro Chionna, a lui aussi dû payer quelques erreurs : alors qu'il était aux commandes de la course 1, il a mal interprété les drapeaux de signalisation présentés par les commissaires de course et a cédé la victoire à Lorenzini ; dans la course 3, son coéquipier et lui ont reçu un drive-through pour irrégularité lors du changement de pilote.

Riccardo Romagnoli et Edo Varini, quant à eux, ont connu quelques difficultés : Varini a perdu la trajectoire dans la course 1, et suite à un tête-à-queue, Romagnoli a dû abandonner la course 2.

I am pleased and the adrenalin buzz takes away the tiredness and the crazy heat. It is an incredible feeling.

Stefano Garelli

COURSE 1: Lorenzini rafle la victoire après une erreur du leader Sbirrazzuoli vers la fin

Au départ de la course 1, le poleman Sbirrazzuoli conservait le contrôle sur Lorenzini et sur Simoni, devant Kuppens, Garelli, Gardelli et Varini. Simoni et Kuppens sont ensuite passés à l'offensive, et l'Italien doublait le Suisse pour se hisser en tête, mais commettait ensuite une erreur, tout comme le Belge. Alors qu'il avait repris les commandes, Sbirrazzuoli a mal interprété les drapeaux de signalisation présentés par les commissaires de course et a cédé la victoire à Lorenzini.
 


COURSE 2: Ragazzi gagne malgré la remontée de Sernagiotto, ralenti par un retardataire

Même si Ragazzi a toujours gardé la maîtrise de la course 2, le résultat est resté incertain jusqu'au dernier millième de seconde. Derrière lui, Kuppens et Romagnoli ont tout de suite aiguisé dents et griffes, avec Sernagiotto qui, blotti dans l'aspiration, en a immédiatement profité pour se placer en troisième position, puis en deuxième. Sernagiotto a ensuite essayé de détrôner Ragazzi, mais un retardataire a bloqué son entreprise. Ragazzi s'est ainsi adjugé sa deuxième victoire de la saison, devant Sernagiotto, Kuppens, Pigoli, Vernier et Garelli.
 


COURSE 3: Kuppens domine l'endurance, avantagé par les mésaventures de ses adversaires

Encore une fois, Kuppens s'impose dans l'épreuve d'endurance. Au départ, le Belge laissait derrière lui Simoni qui, après un accrochage avec Pigoli, se plantait dans les graviers. Kuppens a ensuite gardé les commandes de la course, devant Sbirrazzuoli, Romagnoli, Lorenzini et Garelli. Le pilote a conservé sa suprématie après les pit-stops, notamment grâce aux malheurs de ses adversaires. Kuppens a franchi la ligne d'arrivée avec une belle avance sur Dromedari et Ragazzi qui avaient pris la place de Pigoli et Simoni.